02 août 2014

Amsterdam en Instagram

D’un pas dansant, Prince® et moi sommes allés faire un tour aux Pays-Bas. Chemin faisant, nous avons passé quelques jours là-bas. Appareil photo en bandoulière, nous avons bu quelques bières et fait le plein de trouvailles culinaires. Voici quelques instantanés de ces instants d’été. Captures photographiées d’un Amsterdam gourmet comme si vous y étiez !

De beaux vélos, des canaux à gogo et du fromage plein les plateaux. Dites cheese ! Coffee shop et belles échoppes. Clic-clac dans ma boîte Kodak. Les couleurs se révèlent dans ma chambre noire. Quartier rouge, plus rien ne bouge. Le petit oiseau va sortir. Visiter les musées, se balader et zoomer sur l’assiette de nos amis Hollandais. Plongez tête baissée et palais avisés, vous allez déguster…

P1030907 2

P1030921 1

Gros plan sur le hareng. Ici ce poisson est une religion. Développons. Pêché depuis des siècles, les néerlandais le consomment cru, cuit, salé ou fumé. Fin mai, le début de la saison donne lieu à de grandes fêtes à travers tout le pays. Le reste de l’année, des kiosques éparpillés aux quatre coins d’Amsterdam en proposent aux autochtones et aux touristes. Pour entrer dans le vif du sujet,  que diriez-vous d’un petit pain brioché dans lequel sont glissés deux filets de hareng cru, des cornichons aigre-doux et des oignons hachés ? Cette pause iodée est un révélateur. Jamais le hareng n’a paru si fondant et gouteux. Quant aux cornichons, ils sont légèrement sucrés comme le sont aussi la moutarde et la mayonnaise néerlandaises.

Hareng ok

cornichon

Focus sur les cafés bruns. Leur nom ne provient pas de la couleur des élixirs qui y sont servis mais de leurs murs habillés de bois sombre et imprégnés de nicotine. Il est aujourd’hui interdit d’y fumer mais les parois gardent encore cette couleur ocre si caractéristique. L’atmosphère tamisée propre à ces lieux est une image typique de la culture locale. Plusieurs affirment être les plus anciens d’Amsterdam mais aucune preuve ne permet de les départager. Celui dans lequel nous sommes allés – Papeneiland, au cœur du quartier branché du Jordaan – date de 1641. Ses carreaux de Delft et son joli poêle en fonte complètent la carte postale. Dans ce cadre rustique, il est possible de boire un café, une bière, un genièvre ou de déguster une part de la fameuse appeltaart (grosse tarte aux pommes amstellodamoise).

Papeneiland

P1030905 1

Portons maintenant un coup de projecteur sur le restaurant Blauw. Cette adresse se mérite car elle est située hors des sentiers touristiques et il nous a fallu marcher plusieurs kilomètres pour la débusquer. La salle est sobre, moderne et répartie sur trois niveaux. L’objectif était d’y découvrir le rijsttafel, un plat d’origine indonésienne issu de l’héritage colonial. Mise au point. A l’image de notre couscous national, le rijsttafel est l’un des plats les plus typiques d’Amsterdam. Le rijsttafel ou « table de riz » se compose de riz (frit et vapeur) assorti d’une vingtaine de plats de viande, de poisson, fruits de mer, légumes et satay.

P1030943 11

P1030946 11

En guise d’amuse-bouche, quelques krupuk (chips de crevettes) nous sont d’abord servies avec deux sauces pimentées. Le ton est donné, nous allons nous régaler ! La ligne de force reste ici le rijsttafel. Le ballet des petits plats commencent enfin. Ils sont tous apportés en même temps, installés sur de petits réchauds et l’on garnit son assiette selon son humeur. Impossible de décrire précisément la myriade de plats qui abondent sur la table. Il y a des brochettes de crevettes, du bœuf, du porc, du poisson… Le tout nappé de sauces aux cacahuètes, à la citronnelle, à la coriandre, à la cardamone… Et pour parfaire le cliché : du tofu, des beignets de bananes, des oignons caramélisés, du chou, des carottes, des poivrons juste saisis… L’ensemble est absolument frais, varié. Les sauce ne sont pas grasses mais riment avec contraste. Douces-amères, plus ou moins épicées, suaves parfois. La qualité des ingrédients est irréprochable, les viandes tendres et délicieuses. C’est une explosion de couleurs, de formes, de saveurs ! Et quelle abondance ! Seule ombre au tableau : l’addition un peu salée. Mais le moment est insolite, les parfums incomparables. Le jeu en vaut donc la chandelle, y’a pas photo !

Les adresses :

Papeneiland : Prinsengracht 2, 1015 DV Amsterdam

Blauw : Amstelveenseweg 158, 1075 XN Amsterdam