Qui ne connait pas Keith Haring ? Keith Haring, ce sont les emblématiques affiches, les mugs Mac Do des années 2000, les agendas et cahiers de texte colorés… Des bonhommes sans visage, des bébés, des chiens, des dollars, des aplats de couleurs vives. L’art qui porte l’esprit pop, qui s’exporte au-delà des portes et qui in fine le jackpot rapporte.

Expo Haring 1 Expo Haring 3 Expo Haring 2 

Le Musée d’art moderne de la Ville de Paris consacre l’une des plus importantes rétrospectives ayant jamais existée à cet artiste disparu il y a vingt-trois ans des suites du sida. Ce parcours permet d’appréhender d’une autre manière celui qui souhaitait diffuser l’art le plus largement possible – narguant les autorités en peignant dans le métro ou sur les murs de la ville au sommet de son succès – et qui, sous des formes ingénues, se faisait le porte-parole de nombreuses luttes.  

Expo Haring 4 Expo Haring 5 Expo Haring 6

Derrière les couleurs flashy, voire fluorescentes, les formes primitives et les symboles prolixes se cachent, en effet, une virulente critique de la société de consommation, de la destruction de la planète par les hommes eux-mêmes, des discriminations envers les minorités sexuelles ou ethniques, de la lobotomie des foules par la télévision, les nouvelles technologies ou la religion. Autant de sujets d’une incroyable actualité.

Expo Haring 7 Expo Haring 8 Expo Haring 9

Le début de la déambulation donne à voir un sexe en liesse tandis que la fin laisse apparaître un sexe transmetteur de sida puis de mort qui rôde lentement avant d'abattre sa dernière carte. Comme un couperet, l’expo se clôt sur une œuvre inachevée (cf. : ci-dessous). Cette fin nous estomaque et nous amène à songer à celui que serait devenu Keith Haring, étouffé par ses dollars, luttant pour demeurer légitime dans sa critique acerbe d’un monde vénal. Tel un poète ou une rock star à la dérive… Les messages de Lennon, Gainsbourg, Cobain ne sont-ils pas plus audibles proférés depuis les cieux ?

Expo Haring 10 Expo Haring 11 Expo Haring 12